Return to the home page
ABOUT CCC
Overview
Context
Approach
Structure
Member Churches
PROGRAMMES
HIV/AIDS
Master of Theo. Studies
Youth, Family Life and Gender Affairs
PRESS ROOM
Releases
Photo Galleries
EVENTS
Assembly 2005
GENERAL
Resources
Contact
Links
Ecumenism in Action
 
 
HOME >
PRESS ROOM > Releases
Back to Press Releases main page > January 2010
STATEMENT OF THE
GENERAL SECRETARY ON
THE OCCURRENCE OF THE JANUARY 12, 2010 EARTHQUAKE IN HAITI

Statement in French >>

On the afternoon of Tuesday, January 12, 2010, what can only be described as the most terrifying and perilous catastrophe in the living memory of the Caribbean Region was visited on the people of Haiti. Over the last two (2) days, the Secretariat of the Caribbean Conference of Churches (CCC) has been following closely all pertinent developments.

The General Secretary has also been in dialogue with key officials of the Caribbean Community (CARICOM) Secretariat and other international bodies, including the World Council of Churches (WCC) and the Geneva-based Action of Churches Together (ACT) Alliance. This is with a view to both assessing the situation on the ground in Haiti and gauging what the CCC’s best options might be in terms of a relevant and meaningful response in the situation.

Like the rest of the world, we have been deeply saddened and perturbed as we continue to witness the pervasive devastation and distress which, sadly, constitutes the reality in which our beloved Haitian sisters and brothers are challenged to exist currently.

At this time, we wish to offer our prayerful support and heart-felt condolences to the Haitian people – both at home and in the diaspora – and to all those who have lost loved ones in the wake of this terrible disaster.

While the current reality is indisputably daunting, we are both humbled and edified to witness the tremendous display of courage, resilience and even celebrative hope by the Haitian people as they lend support to one another in the absence of basic requirements for life and the lack of appropriate technology and expertise in the given circumstances. In so many instances, powered by determination and love, bare human hands have been the ‘tools’ used to free several persons who would have otherwise been left to die, trapped under mountains of rubble. For this, we salute our Haitian sisters and brothers.

We also wish to commend all those nations and agencies that have rushed to the assistance of the people of Haiti with the necessary expertise and equipment. We recognise that in the case of some of the very agencies involved, they themselves have suffered the loss of personnel who have so sadly perished in the disaster. We hail these courageous women and men whose lives were given in service of the betterment of humanity. We commiserate with their bereaved families and stand in admiration of their related agencies which – despite their own loss – are persevering in their efforts on behalf of the Haitian people.

In applauding the heroic efforts of all concerned, we wish at the same time to urge that all operations be carried out with due regard to the dignity of the Haitian people. This is at the level of individual citizens (both living and deceased), communities, the government and the Haitian people as a whole, recognizing their sovereignty notwithstanding their present plight. In this regard, we make a special plea for the protection and care of children and women who – in many situations of this kind – are rendered most vulnerable and disadvantaged and who, regrettably, are sometimes subjected to unspeakable indignities.

With respect to the execution of operations, we also wish to urge the several actors involved to arrive swiftly – in consultation with the President of Haiti and other state and regional authorities – at a feasible co-ordination of efforts which will result in the most effective and efficient delivery of services, redounding to the greatest common good. Without such co-ordination, all the goodwill and effort are at risk of degenerating into massive confusion and wastage of resources.

Along with our condolences and prayerful support, we also offer at this time to the Haitian people our commitment to work towards alleviating their present unspeakable misery, and collaborating with them in forging a future more worthy of their dignity as children of God.

In this regard, and without wanting to detract from the gravity of the situation at hand, we feel the necessity to look beyond the situation with a sense of hope and responsibility. We would therefore like to view the current situation as a stark indicator to the international community of the urgent need to strengthen its resolve to support Haiti in its quest for authentic development.

As an organisation that has accompanied the people of Haiti in various ways and circumstances over the last three decades, the CCC has been concerned, for some time now, with the welfare/aid approach to Haiti that has been the dominant one over a protracted period of its history.

Without wanting to even appear to be minimizing the (very needed) interventions and efforts of so many well-intentioned persons and groups operating over the years in Haiti, we are of the considered opinion that the time has now come for all available resources to be placed at the disposal of genuine development co-operation.

Without such a thrust, we shall continue – for decades to come – addressing symptoms and not root causes of a deep-seated social malady. In the given circumstances one is constrained to ask, e.g.: “Was all the destruction, death and distress experienced the result of the 7.0 earthquake per se, or was not the factor of an over-crowded city with weak and compromised structures – all due to decades of continued impoverishment and underdevelopment – a major factor in the equation of devastation?” The answer is clearly self-evident.

In conclusion, the CCC would like to advise its member churches and ecumenical partners that subsequent communiqués will be forthcoming from its Secretariat informing of more specific lines of action/intervention. We wish to further urge that in this circumstance our entire membership, as a group of churches bonded in covenant, stand firmly together in consolidating our efforts and resources for the greater good and benefit of the Haitian people and the glory of God who is Father and “the God of all consolation.”

May God’s blessing be upon our Haitian sisters and brothers and all those who seek to assist them as we continue to lift them up in prayer in the months ahead.

Gerard A.J. Granado (Sgd.)
General Secretary
Caribbean Conference of Churches (CCC)
January 15, 2010
St. Augustine,
Republic of Trinidad and Tobago.

Haiti
 

déclaration du Secrétaire général de
la Conférence des eglises caribéennes (CEC)
relative au séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010

Dans l’après-midi du 12 janvier 2010, nous avons vu s’abattre sur le peuple haïtien la catastrophe à nos yeux la plus terrifiante et la plus dévastatrice que la région des Caraïbes ait jamais connue. Ces deux (2) derniers jours, le Secrétariat de la Conférence des Eglises caribéennes (CEC) a suivi de près l’évolution de la situation dans ce pays. Le Secrétaire général entretient par ailleurs un dialogue constant avec les hauts responsables du Secrétariat de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et d’autres instances internationales, notamment le Conseil œcuménique des Eglises (COE) et l’Alliance œcuménique “Agir ensemble” établie à Genève, dans le but d’évaluer la situation sur le terrain et d’examiner les meilleures options possibles pour la CEC, en termes de réponse pertinente et efficace.

Comme partout dans le monde, nous avons été profondément attristés et perturbés par les images de destruction et de détresse totales qui n’ont cessé de nous parvenir et qui, malheureusement, reflètent la réalité qui est aujourd'hui celle de nos chers frères et sœurs haïtiens.

Nous accordons, à travers nos prières, notre appui au peuple haïtien – à ceux qui sont restés au pays aussi bien qu’à la diaspora – et lui exprimons nos sincères condoléances, ainsi qu’à tous ceux qui ont perdu un ou plusieurs proches dans cette terrible catastrophe.

Tout en étant conscients de l’extrême gravité de la situation qui prévaut, nous nous sentons humbles et édifiés face au courage, à la résilience et à la foi en la vie des Haïtiens, qui se sont soutenus mutuellement alors qu’ils ne disposaient ni du strict nécessaire pour vivre, ni des technologies et des compétences requises dans ce genre de situation. Ainsi, jour après jour, avec pour seuls “outils” leurs mains nues mais animés d’une détermination et d’un amour forts, ils ont réussi à sauver de nombreuses personnes qui, sans eux, auraient été condamnées à mourir ensevelies sous des montagnes de gravats. Nous remercions également tous les organismes et nations qui se sont immédiatement portés au secours du peuple haïtien, en mettant à sa disposition les compétences et les équipements requis. Nous avons appris que des collaborateurs de certains de ces organismes ont malheureusement péri dans cette catastrophe. Nous saluons le courage de ces femmes et de ces hommes qui ont sacrifié leurs vies pour l’édification d’un monde meilleur. Nous partageons la peine de leurs familles endeuillées, et l'attitude de leurs employeurs qui, en dépit des pertes subies, n’ont pas renoncé à aider le peuple haïtien force notre admiration.

Toutefois, tout en saluant les efforts héroïques des uns et des autres, nous voudrions rappeler ici la nécessité de veiller à ce que toutes les opérations soient menées avec tous les égards dus à la dignité des Haïtiens, c'est-à-dire des citoyens (morts ou vivants), des communautés, du gouvernement et du peuple haïtien dans son ensemble, et en respectant leur souveraineté, surtout dans la situation critique qui est la leur aujourd'hui. Nous soulignons en particulier que la protection et les soins requis doivent être fournis aux enfants et aux femmes qui, très souvent dans de telles circonstances, sont encore plus vulnérables et plus désavantagés et, malheureusement, parfois victimes d’ignominies  innommables.

En ce qui concerne la conduite des opérations, nous invitons également les nombreux acteurs impliqués à coordonner rapidement et efficacement leurs efforts en concertation avec le Président haïtien et d’autres autorités nationales et régionales, afin de renforcer au maximum l’efficience et l’efficacité des services fournis, pour le plus grand bien de tous. Sans une telle coordination, toutes les bonnes volontés et tous les efforts risquent de se perdre dans une confusion généralisée et un gaspillage de ressources.

Outre nos condoléances et nos prières, nous donnons aux Haïtiens l’assurance de notre engagement à œuvrer à la réduction de la misère qu'ils vivent quotidiennement, et à les aider à se construire un avenir plus conforme à leur dignité en tant qu’enfants de Dieu.

A cet égard, et sans vouloir minimiser la gravité de la situation, nous pensons qu'il y a lieu de se projeter au-delà du présent, en gardant espoir et en assumant nos responsabilités. Nous sommes en effet enclins à interpréter cette catastrophe comme un signe destiné à pousser la communauté internationale à prendre conscience de la nécessité urgente de renforcer sa résolution à soutenir Haïti dans sa quête d’un développement authentique.

Après avoir été aux côtés du peuple haïtien à diverses occasions et dans différentes situations au cours des trois dernières décennies, la CEC a pu noter avec préoccupation l’accent mis sur l’aide sociale et l’assistance comme principe de base de l’approche à l’égard d’Haïti, et ce tout au long d’une bonne partie de l’histoire de ce pays.

Sans vouloir donner l’impression de sous-estimer les interventions et les efforts (très utiles) des très nombreux groupes et personnes bien intentionnés qui travaillent à Haïti depuis de nombreuses années, nous affirmons que le moment est venu de mettre toutes les ressources disponibles au service d’une véritable coopération au développement. Sans cette nouvelle impulsion, nous continuerons, pendant les décennies à venir, de traiter les symptômes d’un mal social profondément enraciné au lieu de nous attaquer à ses causes profondes. La situation actuelle nous amène d’ailleurs à nous poser des questions, notamment celle de savoir si les dégâts matériels, les morts et la détresse dont nous avons été témoins étaient vraiment dus au séisme de magnitude 7 en tant que tel, et si le surpeuplement de la ville et ses structures faibles et instables – résultat de plusieurs décennies d’appauvrissement et de sous-développement – n’ont pas joué un rôle déterminant dans cette équation dévastatrice. Il nous semble que la réponse va de soi.

Pour conclure, la CEC informe ses églises membres et ses partenaires œcuméniques que son Secrétariat publiera ultérieurement d’autres communiqués précisant les actions et interventions spécifiques envisagées. Nous exhortons par ailleurs tous nos membres, rassemblés au sein d'un groupe d’églises liées par un engagement, à rester solidaires de façon à ce que nous puissions consolider nos efforts et nos ressources pour un mieux-être du peuple haïtien, et pour la gloire de Dieu notre Père, “Dieu de toute consolation.”

Que Dieu bénisse nos sœurs et frères haïtiens, ainsi que tous ceux qui s’efforcent de leur venir en aide. Pour notre part, nous continuerons de les accompagner et de les soutenir à travers nos prières, au cours des mois à venir.

 

Gerard A.J. Granado (Sgd.)
Secrétaire général
Conférence des Eglises caribéennes (CEC)

 

15 janvier 2010
St. Augustine
République de Trinité-et-Tobago

 
TOP BACK PRINT
Caribbean Conference of Churches ©2005 - 2008. Contact Us. Optimised for IE4+